A qui appartient le virus du SIDA ?

D’un coté à l’ autre de l’ Atlantique
vendredi 27 mars 2009
par  Jean-François Doucet
popularité : 8%

La recherche scientifique ne se déroule pas en dehors de la vie des savants, de leurs ambitions et de leurs prérogatives voire de leur appât du gain. Le Prix Nobel 2008 illustre parfaitement les questions soulevées par la propriété intellectuelle de milieux travaillant de plus en plus souvent en équipe. Si les résultats appartiennent à tout un groupe de chercheurs, en revanche les royalties qui découlent de leurs travaux ne reviennent qu’à quelques uns. De plus, elle n’intervient que bien des années après de laborieux travaux.

Elément déclencheur

Dans le cas de l’épidémie de SIDA, le questionnement à l’origine des recherches sur les causes de la maladie de déficience immunitaire n’ est pas pure abstraction intellectuelle :

Le 5 juin 1981, l’agence épidémiologique d’Atlanta [1] relève cinq cas de pneumonie à Los Angeles, entre octobre 1980 et mai 1981. Ces patients sont tous homosexuels et présentent un système immunitaire défaillant.

Le 3 juillet 1981, un article publié dans le “ New York Times ” porte à la connaissance du grand public cette "nouvelle" maladie. De fait, elle prend très vite le nom de "gay syndrome " puisque touchant presqu ’exclusivement la communauté homosexuelle. Une équipe de chercheurs américains se met au travail sous la direction du professeur Robert Gallo qui a découvert en 1980 le premier rétrovirus humain. On remarquera alors qu’entre les mains des savants concernés, la maladie entre dans la (seconde) phase créative du processus de découverte.

Des savants concernés

Très tôt des hypothèses parfois fantaisistes comme les vaso-dilatateurs utilisés par les homosexuels, circulent sur la maladie des 4 h (Homosexuels, Hémophile, Héroïnomans et Haïtiens). Sa transmission par la voie sexuelle (chez les homosexuels et les haïtiens), par la voie sanguine (chez les héroïnomanes et les hémophiles) est analogue à celle de l’Hépatite B ce qui rend très probable l’origine virale de la maladie : le cytomégalovirus (CMV), le virus d’Epstein-Barr (VEB), le virus de l’hépatite B (HBV) sont un instant supposés être à l’origine de l’immunodéficience. Mais tous ces virus ne sont pas la cause de l’immunodéficience mais plutôt la conséquence. Robert Gallo, pour sa part, considère le HTLV-1 comme la cause probable du Sida.

Controverse entre savants

En 1982, les premiers cas français apparaissent et des médecins se mobilisent. Ainsi, le docteur W. Rozenbaum, soignant depuis 1981 Mr Bru, un jeune steward demande l’aide de l’équipe du professeur Luc Montagnier, par ailleurs spécialiste des Oncornavirus, à Françoise Barré-Sinoussi et Jean-Claude Chermann, de l’Institut Pasteur. Les recherches commencent fin 1982 à partir de recherches sur la relation des retrovirus animaux et du cancer. C’ est en effet aux rétrovirus que l’on pense dans la mesure où les lymphocytes T CD4 sont la cible du virus. Au décès de son patient en 1983 , le Dr Rozenbaum prélève les ganglions lymphatiques à des fins d’analyse. Les chercheurs de l’Institut Pasteur cultivent ces cellules et constatent une activité enzymatique : les cellules produisent de la reverse transcriptase [2] qui signe la présence de rétrovirus. Après épuisement de la culture, le virus est transféré sur des lymphocytes T non infectés. L’activité de l’enzyme est retrouvée, commence par augmenter, puis diminue. Au contraire du HTLV-1 de l’équipe de recherche américaine, une culture du virus n’active pas les lymphocytes mais les tue. Observé au microscope électronique d’autre part, le virus responsable de l’infection est très différent de HTLV-1. Le virus isolé est baptisé LAV pour Lymphadenopathy Associated Virus et sa découverte publiée le 20 mai 1983 dans Science [3]

JPEG - 153.8 ko

Tout compte fait ...

L’équipe de Pasteur envoie alors des échantillons de son isolat [4] à l’équipe de Robert Gallo du National Cancer Institute et demande des réactifs de retrovirus ( anticorps anti-HTLV) à des fins de vérifications. On voit là les limites de la collaboration interdisciplinaire : l’objectif de lutte contre la maladie s’estompe devant d’autres aspects de la découverte. En particulier, la collaboration qui a permis aux francais d’isoler le virus et aux américains d’aider à établir la relation de cause à effet entre la maladie et le virus, a de telles conséquences économiques que la rivalité entre les 2 équipes de recherche prend le dessus. La recherche scientifique apparaît alors comme une entreprise dépassant largement le contexte strictement individuel des savants et de leur milieu qui justifie à ce titre leur travaux communs. Les lois sur la propriété intellectuelle régentent leur travail d’équipe autant que d’éventuelles retombées économiques de leurs trouvailles [5]
Dès ce moment, les enjeux ne sont plus la découverte des causes de la maladie dans une pure logique scientifique mais la mise au point d’un test de dépistage. Le 23 avril 1984, la Secrétaire Américaine d’ Etat à la Santé annonce la découverte du virus [6], par Robert Gallo qui baptise le virus HTLV-III. Il considère, en effet, que le virus isolé par l’équipe francaise n’ est qu’un rétrovirus de la famille qu’il a découverte. En 1985 l’Institut Pasteur porte alors plainte aux Etats-Unis alors que les génomes du LAV (Institut Pasteur) et HTLV-III sont sequencés et apportent la preuve de l’origine commune des deux souches, [7] celle prélevées sur les ganglions de Mr Bru. [8].
Finalement, le 4 décembre 1987, un accord est conclu pour le partage des royalties du brevet du test de dépistage, aux Etats-Unis, alors que le brevet en Europe est entièrement détenu par l’Institut Pasteur. [9]

Trois logiques à l’oeuvre : scientifique, commerciale et politique

Sans que les croyances irrationnelles ayant mis sur la piste des rétrovirus soient connues [10] au moins 3 logiques ont été à l’oeuvre dans la lutte contre la maladie :

1.-La logique scientifique déductive menant des symptômes ganglionnaires de la maladie à l’infection virale. Dans cette logique intervient naturellement les positions des différents acteurs de la découverte. Du coté francais, on peut citer le Pr L. Montanier dirigeant une équipe de recherche à l’Institut Pasteur, le Pr Jean-Claude Chermann et son ancienne élève le Pr Francoise Barré-Sinoussi, du coté américain et tout aussi important dans le processus de la découverte, le Pr Robert Gallo et son équipe.

2.-La logique commerciale qui exploite la découverte sous forme de tests de dépistage de la maladie et aux yeux de laquelle les malades atteints constituent un marché dont il faut couvrir les besoins de santé.

3.-La logique politique qui, en 1987, fait intervenir R. Reagan, Président des USA et J. Chirac, Premier Ministre pour défendre les intérêts des 2 états. Pour clore le débat, l’Institut national de la Santé Américain reconnaît en 1994 que l’équipe française a identifié la première le virus responsable de la maladie. [11]

C’ est dire que la relation nouvelle de cause à effet qui s’établit entre une maladie et l’agent responsable, exprimée sous forme d’une organisation signifiante nouvelle :

"Le virus VIH est responsable du SIDA"

est fonction des lois en vigueur dans les milieux où elle a été formulée.


[1Centers for Desease Control and Prevention

[2L’enzyme isolée en 1978 est appelée la transcriptase réverse ou rétrotranscriptase, et les virus à ARN possédant cette enzyme sont appelés des Rétrovirus. En intégrant cette réplique du génome viral dans un chromosome, le virus peut effectivement modifier définitivement l’information génétique de la cellule hôte.

[3(F. Barré-Sinoussi et al., Science, 220, 868).

[4Cette communication entre scientifiques de matériels de recherche ou de résultats est affaire courante et encouragée. Elle présuppose à la fois une parfaite honnêteté intellectuelle distinguant les apports des uns et des autres aux progrès de la recherche et la définition claire des objectifs poursuivis. Dans le cas du virus VIH, les espoirs pécuniaires d’un vaccin ont, semble-t-il, empiété sur les préoccupations purement scientifiques

[5Cette notion de propriété intellectuelle est relativement récente puisque des oeuvres comme les cathédrales ou des inventions comme celle de l’écriture sont anomymes.

[6Constitués au minimum d’un acide nucléique (ARN ou ADN) et de protéines. (soit l’ARN ; soit l’ADN ; jamais les deux), les virus sont des parasites intracellulaires absolus, et leur réplication dépend de la cellule hôte.

[7Robert Gallo admettra en 1991 que les souches ont été contaminées par mélange accidentel

[8précision de Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon

[9Le Prix Nobel 2003 a également récompensé Paul Lauterbur et Peter Mansfield pour leurs travaux sur l’Imagerie par Résonance Magnétique, plus communément appelée IRM, en 1973 alors que Raymond Damadian, mathématicien et biophysicien en revendique la paternité dans les années 60.

[10L’entretien accordé par Francoise Barré-Sinoussi à A Labouze à la Cité des Science présente la démarche comme très rationnellement déduite mais, tout au moins au début des recherches, un part de croyance est inévitablement présente dans le processus de découverte

[11Plus récemment, le Dr Holodniy et l’Université de Stanford via un CPA ou "Copyright and patent Agreement avaient signé en 1988 un contrat de propriété intellectuelle. Puis, le Dr Holodniy avait contracté via un VCA "Visitor’s Confidentiality Agreement" un accord avec l’entreprise de biotechnologie Cetus. Dans ces conditions, quel contrat invalide l’autre ? Qui possède les droits sur cet outil de diagnostic et de mesure du taux de VIH dans le sang, kit commercialisé par "Roche Molecular Systems" en 1991 ? La Cour Suprême des Etats-Unis a confirmé le 06 juin 2011 la décision de justice de la CAFC ("Court of Appeal of the Federal Circuit") rendue en 2009, qui attribuait la propriété de l’invention à l’inventeur lui-même.


Commentaires

Logo de wholesale purses
mardi 23 novembre 2010 à 03h53 - par  wholesale purses

A misty English morning the imp hypostasis tickled his cheap wholesale sunglass brain. Bringing his host down and kneeling he heard twine with his second replica wholesale sunglasses bell the first bell in the transept and, rising, heard their wholesale oakley sunglass two bells twang in diphthong. And in a ladychapel another taking sunglass wholesale housel all to his own cheek. You prayed to the Blessed Virgin that you might not have a red wholesale sunglasses china nose. You prayed to the devil in Serpentine tote bags avenue that the fubsy widow in front might lift her clothes still more from the wet wholesale handbags street. The grainy sand had gone from under his wholesale tote bags feet. His boots trod again a damp crackling handbags wholesale mast, razorshells, squeaking pebbles, that on the unnumbered wholesale purses pebbles beats, wood sieved by the shipworm, lost Armada. Unwholesome sandflats waited to suck his wholesale gift bags treading soles, breathing upward sewage breath.

Logo de replica wholesale sunglasses
vendredi 6 août 2010 à 05h50 - par  replica wholesale sunglasses

The priests grey nimbus in a niche where he dressed wholesale designer sunglasses discreetly. I will not sleep here tonight. Home also I cannot go. A voice, sweettoned and sustained dg sunglasses wholesale, called to him from the sea. Turning the curve he waved his cheap wholesale sunglasses hand. It called again. A sleek brown dior sunglass head, a seals, far out on the water, round. The boys blank face asked the blank replica wholesale sunglasses window. Fabled by the daughters of memory. And yet it was in some replica sunglasses way if not as memory fabled it. A phrase, then, of impatience, thud of Blakes wings of excess. I hear the ruin of all space, shattered wholesale oakley sunglasses glass and toppling masonry, and time one livid final wholesale sunglass flame.

Logo de replica wholesale sunglasses
vendredi 6 août 2010 à 05h45 - par  replica wholesale sunglasses

The priests grey nimbus in a niche where he dressed wholesale designer sunglasses discreetly. I will not sleep here tonight. Home also I cannot go. A voice, sweettoned and sustained dg sunglasses wholesale, called to him from the sea. Turning the curve he waved his cheap wholesale sunglasses hand. It called again. A sleek brown dior sunglass head, a seals, far out on the water, round. The boys blank face asked the blank replica wholesale sunglasses window. Fabled by the daughters of memory. And yet it was in some replica sunglasses way if not as memory fabled it. A phrase, then, of impatience, thud of Blakes wings of excess. I hear the ruin of all space, shattered wholesale oakley sunglasses glass and toppling masonry, and time one livid final wholesale sunglass flame.

Navigation

Brèves

14 octobre 2012 - Un interdit conduit au prix Nobel

Des cellules sujettes à controverses
Les décisions politiques d’interdire tel ou tel domaine de (...)

17 août 2012 - La peste, fléau millénaire, traquée en quelques semaines

La peste est une maladie dont la cause restée longtemps inconnue a donné lieu à des spéculations (...)

4 juillet 2012 - Le boson dans "l’air du temps" depuis 40 ans

Les chainons manquants ne manquent pas !
Les édifices théoriques scientifiques ne manquent ni de (...)

26 juillet 2010 - Le proton est plus petit

La taille du proton mise en doute
Une équipe de recherche internationale à l’Institut Paul (...)

2 février 2010 - Rendre visible l’inconnu par fluorescence ?

Il est étonnant de voir comment une découverte sans application immédiate, à l’origine simple (...)