Une nouvelle cellule photovoltaïque

dimanche 5 juillet 2009

Un ordinateur en réparation a conduit la curiosité de Martin Aagesen du Nano Science Center à l’Université de Copenhague à découvrir un nouveau semi-conducteur. Le thésard s’attend à ce que le rendement des cellules photovoltaïques augmente de 30 % pour un prix de production plus faible.

" J’ai découvert une structure cristalline parfaite. C’ est une vision assez rare. En tant que structure cristalline parfaite, on a pu constater qu’elle absorbe totalement la lumière. Elle pourrait alors devenir la cellule photovoltaïque parfaite ".
" Les potentialités sont indéniables. Grâce aux nanotechnologies, on peut réduire le coût de la production de cellules photovoltaïques en épargnant l’emploi du silicium, semi-conducteur d’un prix élevé.
 [1]
"En même temps, les cellules du future réduiront la distance de transport de l’énergie et donc réduire les déperditions d’énergie " ajoute Martin Aagesen.

Cette invention révèle du point de vue de la créativité le hasard qui intervient lors de la découverte du thésard ( ou tout au moins sa curiosité sortant des sentiers battus) en même temps qu’une levée des facteurs limitant de la technologie actuelle. De plus, cette découverte a conduit le thésard à monter sa propre entreprise

Sources :
Nano Flakes May Revolutionize Solar Cells
Un nouveau matériau révolutionnaire pour fabriquer des piles solaires


[1Le silicium est aujourd’hui le matériau principal des cellules photovoltaïque. Le prix des sources d’énergie actuelles est en gros dicté
par le degré de pureté du silicium confronté à une demande croissante aux prix en pleine explosion. Mais inévitablement le silicium le plus pur contient des impuretés dans la structure cristalline. A chaque fois que l’énergie rencontre une impureté, le rendement s’en trouve réduit d’autant.