Un instant oubliée, la phagothérapie sort de l’ombre

mercredi 30 juin 2010

A défaut d’antibiotiques, les phages ...

L’institut Eliava (Tbilissi) en Géorgie fondé en 1923 mis à part, la phagothérapie n’est plus appliquée après un certain succès. On doit les premiers travaux en 1915 au bactériologiste F. W- Twort (1877-1950) puis en 1917 au biologiste canadien Félix D’Herelle (1873-1949) travaillant à l’Institut Pasteur. Leurs travaux se fondaient sur le fait que les quelques milliers de virus répertoriés ne s’attaquent pas à l’homme ni même aux autres mammifères, mais aux bactéries. Lors d’une infection bactérienne, il suffisait d’utiliser la virulence des bactériophages se reproduisant sans leurs hôtes avant de les détruire pour ensuite s’attaquer aux bactéries voisines.

JPEG - 26.6 ko
Infection d’une cible par un phage
Bactériophage T4 sur le point d’infecter une bactérie -© Purdue University and Seyet LLC

Leur action peut s’écrire :

A= "Les bactériophages infectent et détruisent les bactéries".

Avant la seconde guerre mondiale, en l’absence de traitements efficaces de certaines infections, l’action des bactériophages était discutée sans qu’on sache encore très bien qu’il s’agissait de virus. Les molécules d’antibiotiques découvertes avaient l’immense avantage de convenir à un spectre très large d’infections bactériennes alors que les phages devaient plus difficilement être ciblés.

GIF - 5.2 ko
Cycle d’un bactériophage
Figure 1-F-1. Le cycle lytique. (a) Avant collision. (b) Amarrage. (c) Pénétration . (d) Réplication. (e) Assemblage. (f) Fin

Le succès des antibiotiques supplantant les phages avec l’avènement de la pénicilline et des sulfamides à partir des années 1940, s’écrit :

A= "Les antibiotiques inhibent le développement des bactéries."

où l’usage plus facile des antibiotiques les substitue auxcbactériophages aux effets thérapeutiques similaires voire plus efficaces.

Les ennemis de nos ennemis sont nos...

Dans les années 60, les phages ont connu un regain passager d’intérêt comme outil du génie génétique : l’ ADN des phages, simple à manipuler, sert à introduire un gène quelconque dans une bactérie (ainsi génétiquement modifiée)
Depuis l’apparition des infections résistantes aux traitements antibiotiques, la phagothérapie connait un certain succès tant aux Etats-Unis qu’en Europe parallèlement à un certain désintérêt des industries pharmaceutiques pour les antibiotiques devenus moins rentables.

A= "Les bactériophages choisissent leur cible bactérienne."

Depuis les années 1990 des traitements combinés aux antibiotiques et aux phages sont envisagés. Les phages, de plus, deviennent agents de décontamination efficaces de denrées en particulier agro-alimentaires. (viandes, poissons, fromages etc). Cinq mille types ont déjà été identifiés et mis en banque afin de mieux cibler chaque espèce de bactérie à ses propres bactériophages.

Ainsi, les recherches génétiques ont permis d’améliorer la connaissance des phages identifiés entre temps comme des virus. Ces connaissances ont permis de trouver sans trop de difficultés leur cible bactérienne spécifique. Désormais elles viennent palier les défaillances des traitements des infections résistantes aux antibiotiques.


Sur le Web :