Il ne suffit pas d’ avoir de l’ argent pour innover !

mercredi 4 avril 2007

Une des caractéristiques des effets de la créativité humaine est, il va sans dire, la nouveauté. L’étude du processus créatif est, de ce fait, la recherche des conditions de l’innovation. Tout donnerait à penser que l’ argent ne faisant pas le bonheur permettrait cependant de faire du neuf. "Selon l’étude du cabinet de conseil Booz Allen Hamilton publiée récemment, les sociétés qui dépensent le plus en Recherche et Développement ne sont pas cependant celles qui en retirent le plus de bénéfices. Selon ce rapport il n’apparaît pas de corrélation entre les dépenses et des critères de succès comme la croissance de l’entreprise, le niveau de ses bénéfices ou bien encore les dividendes versés aux actionnaires" [1]. Ainsi dans le monde, en 2005, 407 milliard de dollars ont été dépensés pour la recherche dont 28 % pour les 20 premières sociétés "innovantes" : seule 1 société, selon les critéres de l’étude, apparait comme un innovateur de haut niveau. Les conclusions du rapport plaident en faveur d’ une recherche fondamentale indépendante des résultats financiers puisqu’il semble bien qu’il n’ y ait aucune correlation entre le nombre de brevets et les performances financières. Sans doute doit-on y voir une conséquence de l’innovation d’être une entreprise à haut risque à tous les niveaux en particulier économiques. Si tel était le cas, autant confier à une logique financière étatique la recherche fondamentale libèrant les entreprises de lourdes charges en recherche et développement pas ou peu rentables. La masse critique de recherche à partir de laquelle les résultats innovants peuvent être escomptés peut-elle être atteinte plus facilement sous la logique d’un capital étatique à haut risque ?

Mot-clef : Stratégie innovative


[1(Nicolas Gibaud oseo.anvar@ambafrance-us.org)