Les machines permettent aux aveugles d’écrire

mercredi 27 juin 2007

De l’ anormal à la normale

Dans son jeune âge, la Comtesse Carolina Fantoni est devenue aveugle. Son ami, Pellegrino Turi. habile mécanicien construisit pour elle la première machine à écrire dont 16 lettres dactylographiées de 1801 à 1810 sont conservées au Musée Regio d’ Emilia. On a là, l’ exemple d’ une technique mise au service du rétablissement d’ une norme, à savoir celle des voyants.
A partir de cette invention, de nombreux brevets ont été déposés au cours du XIXème siècle pour améliorer les différents procédés sans, pour autant, donner lieu à une production importante.

Writing ball

La " Writing ball " du Pasteur danois R. Malling-Hansen (1870)

Les premières réalisations industrielles viendront un siècle plus tard environ. On peut donc s’étonner qu’un temps de latence aussi long se soit écoulé entre le dépôt des premiers brevets et la fabrication industrielle des machines. C’ est que la machine à écrire n’est longtemps restée utile qu’aux aveugles, les hommes d’ affaires jugeant inconvenant voire impoli de remplacer l’écriture à la plume par une lettre écrite à la machine.
Du point de vue de la créativité, deux caractéristiques essentielles sont à retenir : temps de latence long et rétablissement d’ une norme à partir d’ une anomalie