un "Zeitgeist " pour chaque discipline

lundi 7 janvier 2008

La course aux puissances de calcul comptées en teraflops est l’ occasion de dresser un inventaire de quelques problèmes cherchant solutions à notre époque. Ils constituent ainsi le " Zeitgeist " de chaque discipline. Le réchauffement climatique, en premier lieu, attend d’être modèlisé plus précisément. L’impact de ce réchauffement, en particulier sur la teneur en carbone ( ou sa combustion ) et en dyoxyde de carbone sur les écosystèmes est également à l’ ordre du jour dans les milieux de recherche. Les données concernant, les variations de l’ océan et de l ’atmosphère ou les composantes de l’ activité sismique de la terre sont candidates au traitement par de gros calculateurs. Les réactions enzymologiques ou protéïniques ne sont pas moins gourmandes en puissance de calculs.
Dans un tout autre domaine, celui de l’ astrophysique, l’ utilisation des calculateurs permettrait de simuler la formation des étoiles et des galaxies à partir des données fournies par les accélérateurs de particules du Cern.
Sans doute, bien des solutions seront trouvées sans faire intervenir l’ imagination des chercheurs par simple application des techniques de calculs. Mais d’ autres difficultés stimuleront sans aucun doute leurs imaginations hors des sentiers battus. Ces calculs difficiles ont, de tous temps, obligé les savants comme I. Newton ou J. Kepler à faire preuve d’une ingéniosité qui, espèrons-le, ne disparaîtra pas lorsque la puissance des calculateurs s’exprimera en petaflops.
Source :
LE MONDE | 07.01.08 | 11h46 • Mis à jour le 07.01.08



Toutes les brèves du site