La phosphorescence à la place de la fluorescence

mercredi 12 novembre 2008

On le sait, la course à l’amélioration des cellules photovoltaïques fait rage ! Dans cette compétition, des chimistes de l’Université de l’Ohio ont pensé à combiner les propriétés électriques des plastics et des métaux comme le molybdène ou le titane. Jusqu’ici rien que de très routinier ! Mais en cherchant les proportions les plus favorables sur un modèle géré pas ordinateur, ils en sont arrivés à un mélange surprenant. Le matériau hybride en solution (produit par synthèse avec leurs collègues de l’Université de Taiwan), était excité par la lumière bien plus longtemps que les autres matériaux fluorescents des cellules photovoltaïques. Par hasard, les chimistes avaient synthétisés un hybride phosphorescent ! Ainsi l’hybride absordant et émettant de la lumière demeurait excité bien plus longtemps ! Si l’on ajoute à cette propriété inattendue que le spectre d’absorption des longueurs d’onde de ce nouvel hybride couvre tout l’arc-en-ciel, des progrès significatifs dans les performances des cellules photovoltaïques sont à attendre.



Toutes les brèves du site