Après les profondeurs abyssales, la vie anime la nuit polaire

jeudi 27 novembre 2008

Contrairement à toute attente, la vie continue sous la banquise !

Certaines espèces de zooplancton montent à la surface pendant les nuits et descendent, le jour. dans les eaux profondes le jour. Ils échappent ainsi à la vue de leur prédacteur. L’activité biologique hiberne-t-elle pour autant ? Jusqu’à une période récente, on admettait cette réduction d’activité. Les recherches du centre universitaire du Svalbard (UNIS), des universités de Bodø et Trondheim, et de deux instituts écossais, tendent à démontrer le contraire. Après 2 hivers de recherches intensives, les recherches publiées par l’UNIS concluent à un haut et surprenant niveau d’activité de la part de certains organismes marins durant l’hiver, même sous la banquise. Leurs migrations des profondeurs à la surface semble suivre les variations de luminosité en particulier en suivant le cycle lunaire.

JPEG - 61.7 ko
Activité polaire nocturne
Contrairement à toute attente, la vie continue sous la banquise
(Photo : Geir Johnsen).

Le gaz carbonique suit également ces migrations augmentées par le réchauffement climatique responsable de la fonte de la banquise. Il n’ est cependant qu’ un facteur parmi d’autres (température etc ) digne d’attention pour
une meilleure compréhension du système climatique de l’Arctique.

D’après le texte de : Maxime Mussard (maxime.mussard@sintef.no)

Mots-clés : Biologie, Gaz Carbonique, Idée admise


Sur le Web : Life in the dark

Toutes les brèves du site